You are currently viewing Le bio rural participe à la durabilité du tourisme

Le bio rural participe à la durabilité du tourisme

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Tourisme Durable

Le tourisme est un sujet très important en ce moment où il existe beaucoup de facteurs qui est en train de le menacer. Et puisque le tourisme participe au développement d’un pays, il faut qu’il soit durable. Et le bio rural fait partie de ce programme de tourisme durable.

C’est quoi le bio rural ?

On parle ici de l’agriculture en générale. On sait que la base de notre survie est la nourriture. Il est donc plus correct d’en prendre soin. Et c’est pour former et guider les agriculteurs à produire des aliments saines et durables qu’est la base du bio rural. En fait, il y a certaines méthodologies que les agriculteurs ont utilisées depuis des lustres pour que les terres restent cultivables. On parle de feux de brousses, l’usage des engrais chimiques etc ; des méthodes qui ont un impact très grave à la terre qu’il cultive. A force de le brûler, la terre ne sera plus fertile et ne peut plus produire la quantité de produits utiles aux personnes qui se multiplient de jour en jour. En plus, la récolte est si médiocre que l’on ne ressent pas cette bonne qualité et fraîcheurs de produits. La solution que l’on a trouvée est de booster la culture par des engrais chimiques afin de produire plus d’aliments sans goûts, ou de transformer les nourritures en produits chimiques qui peuvent nous rassasier très vite. Et pourtant, on connaît les conséquences de manger des produits chimiques.

Qu’est-ce qu’on fait dans un bio rural ?

Le bio rural est cette bonne façon dont les agriculteurs prennent soin de leurs activités est c’est d’alterner les aliments qu’ils cultivent afin d’entretenir leurs terrains. On parle alors de la biodiversité des cultures ou de la rotation de culture. Il y a un grand travail là-dedans puisqu’on utilise aucun engrais, tout se fait par l’ordre de la nature. Cela demande donc une certaine manière de maintenir la source d’eau, parce qu’une culture bio nécessite surtout de l’eau. Et cette bonne façon de maintenir la fertilité du sol par des composts de feuilles mortes, ou des engrais bio comme les déchets des betteraves, etc. De cette manière on laisse survivre les vers de terre et les chenilles, mais on protège nos cultures.

On accompagne cette culture par des formations des agriculteurs, on leur offre les bonnes semences pour assurer la production en qualité et en quantité. Et puis, les techniciens et les spécialistes des agricultures et l’élevage qui vont donner une formation aux agriculteurs. On assure également l’écoulement des productions qui font une vraie survie des agriculteurs.

Le résultat attendu de l’agriculture biologique

Le résultat a un impact direct avec l’agriculteur en question, car maintenant, il peut produire assez pour survivre et nourrir le quartier où il ravitaille. C’est donc une production rentable et avec une telle qualité des produits, le prix sera abordable et à la norme. 

La confiance des consommateurs sera bien surveillée si cette méthode se suit. Ce qui demande un métier à part et ouvert pour ceux qui se soucient de l’avenir de l’humanité. Dans cet ordre, il y a plus de responsabilité de prendre soin de l’environnement, d’une bonne gestion d’eau, ainsi que de la source d’énergie de la région.

Les règles de l’agriculture seront suivies à la norme pour maintenir cette alimentation bio et saine dont on tient à valoriser. Une bonne stratégie qui demande la prise de responsabilité du ministère et qui va aussi donner naissance à une forme de solidarité rurale. 

L’autre avantage est économique, parce qu’avec cette belle production, cette région va se développer surtout dans le sens du tourisme. Ce dernier va avoir beaucoup de répercussions à travers l’économie de l’Etat et va aussi mettre une flèche croissante sur le tourisme. 

De ce fait, les touristes qui viennent peuvent visiter des auberges, des fermes, et même un atelier de fromagerie et d’autres activités de ce genre. En plus, on sent que les gens demandent cette diversité d’activités touristique qui va développer le pays en question. 

Les acteurs du tourisme vert

Le tourisme vert est facile à instaurer quand la région en question dispose des qualités nécessaires à cet effet. On peut parler de beaucoup de régions en France comme la Corse par exemple qui dispose d’un certain jeu de couleur touristique, du vert et du bleu. La nature a vraiment gâté cet endroit pour qu’elle soit déjà attrayante naturellement, mais avec ce travail en bio rural, il y a pleine de sites à réveiller. Alors, dans ce domaine, il y a des animateurs qui sont là pour diriger les touristes vers les zones qui disposent de belle infrastructure bien cadrée. 

On éduque un peut également les consommateurs à connaître la saison des aliments. A faire leur marché dans des magasins spécialement bio. Oui, les agriculteurs dans certaines régions ont ouvert un magasin purement bio, où ils peuvent juste vendre leurs produits. Comme cela, ils se rapprochent de ses consommateurs.

Le bio rural agit sur l’élevage

C’est également un élément qui entre en jeu dans ce tourisme vert. L’élevage participe également à cette culture bio. Eh oui, on peut élever en bio, comme les poules pondeuses en bio. Il y a une norme d’infrastructure à prendre soin, car il faut de la verdure, de l’eau et un bon air frais, ce qui est encore inimaginable dans la ville est sa pollution. 

On peut avoir aussi une bonne méthode à la fois de fertiliser la terre, et d’assurer notre élevage bovin, car au lieu de lui booster par le feu de brousses, on laisse les herbes poussées durant trois semaines. Une fois que c’est bien vert, on les coupe et on donne ces belles herbes aux vaches producteurs de lait. Les engrais sont récupérés et recouverts au sol pour y produire des bonnes herbes vertes, et on coupe les herbes pour donner aux vaches et ainsi de suite. 

La nature est aussi fascinante que cela, mais on doit l’aider pour qu’elle puisse nous apporter ce que l’on attend d’elle. L’agriculture bio est un élément clé du tourisme durable et dommage que c’est encore un domaine à renforcer, car on a constaté que seulement 2 % des agriculteurs font du Bio.